© 1990 - 2019 Docteur Berrebi William - Paris. Tous droits réservés - Mentions Légales

Rechercher
  • William Berrebi

Homéopathie : voici les preuves de son inefficacité

Le gouvernement a tranché : l’homéopathie sera totalement deremboursée en 2021.





Loin du débat de chiffres sur les économies réalisées et loin du débat idéologique, je m’efforce toujours pour ma part de m’intéresser aux éléments de preuves scientifiques de l’efficacité ou de l’inefficacité d’un produit, c'est ma seule préoccupation. Dans le cas présent mon opinion a été faite après l’analyse de trois publications :

1.    2005 : la très célèbre étude de Shang publiée en 2005 dans the Lancet

Cette étude a été conduite par une équipe de l’institut de médecine sociale et préventive de l’université de Berne (CH), qui s’est associée avec une équipe de l’université de Zürich (CH) et une autre de l’université de Bristol (UK). Cette étude est une étude méthodologique visant à comparer, pour des mêmes pathologies (asthme, allergies, problèmes musculaires), 110 plans d’essais menés en confrontation de produits homéopathiques avec des placebos, avec 110 plans d’essais menés en confrontation de médicaments avec des placebos.

La conclusion de la publication de Shang dans the Lancet est sans appel : tous ces essais ne mettent pas en évidence de différence entre l’homéopathie et un placebo.


2.    2008 : La publication de Lute

Lute R R, Rutten ALB. The conclusions on the effectiveness of homeopathy highly depend on the set of analyzed trials. J Clin Epidemiol 2008, 61, 197-204 :

Conclusion : « Our results do neither prove that homeopathic medicines are superior to placebo nor do they prove the opposite ».


3.    2015 : la plus grande revue de la littérature scientifique existante a été publiée par le Conseil national de la recherche médicale australien (National Health and Medical Research Council, ou NHMRC)

Après trois ans d’un processus rigoureux de relecture des études portant sur le sujet. Un travail considérable qui s’est fondé sur trois sources d’informations :

-      une revue des preuves réalisée en sélectionnant toutes les méta-études remplissant des critères de qualité (les méta-études sont des études qui évaluent les connaissances scientifiques sur un sujet en décortiquant un grand nombre d’études) ;

-      une évaluation des preuves fournies par les groupes d’intérêts défendant l’homéopathie ainsi que par le public ;

-      les rapports publiés par les agences des gouvernements des autres pays.

Le NHMRC a ainsi étudié 57 méta-études publiées entre 1997 et 2013 et recouvrant 176 études scientifiques sur 61 maladies ou problèmes de santé.

Pour 13 problèmes de santé, l’homéopathie n’a pas eu plus de résultats qu’un placebo. 

Ma conclusion est que si certains patients veulent prendre de l’homéopathie à leurs frais c’est leur droit, mais à partir du moment où ces produits n’ont pas plus d’effet qu’un placebo, il me paraît juste que ces dépenses ne soient pas supportées par la collectivité.